Jeudi ? Les mêmes et l’on recommence…

Nouveau briefing d’épreuve au gymnase à 6h30.

Appel un par un des équipes puis les dernières tendances météo sont présentée aux candidats  pendant que les coéquipiers commencent à relever sur leur carte les éléments nécessaires pour aller vers la zone de décollage imposée.

A coté de chaque équipage composé d’un pilote et d’un navigateur est accolé un observateur qui va relever toutes les caractéristiques, traces, anomalies ou irrégularité durant le déroulement de l’épreuve.

Notre BrigTeam réalisera encore de bons résultats sur cette épreuve mais depuis quelques années, les ballons de compétition viennent en plus grand nombre. Ils rehaussent de façon importante les scores réalisés et le ballon plus conventionnel de notre dreamteam  peine à lutter contre ces ballons et ces équipages de plus en plus aguerris à la compétition et équipés de logiciels de navigation de plus en plus performants.

 

 

 

 

 

Le classement de la BrigTeam se voit progressivement relégué vers la fin du tableau. Néanmoins, d’autres membres des Ailes Foreziennes se classent mieux pour certains et très bien pour d’autres au vu de la qualité des compétiteurs alignés à ces championnats de France.

 

Le vol sera technique. Repliage du ballon et retour vers la station de remplissage pour remplir les 45 à 50 kg de propane liquide nécessaire aux vols. Globalement, 44 candidats à 45 kg, cela fait pratiquement 2 tonnes par compétition. Je vous laisse faire le calcul pour la totalité des épreuves.

Le vol de ce jeudi soir sera un délice pour les pilotes et les récupérateurs. Vol au dessus du Loiret et de la Loire avec une cible placée à Meung/Loire au bord du fleuve avec un soleil débutant son couchant et apportant des couleurs très douces très difficiles à capter pour le photographe mais tellement jolies à les regarder.

La publicité autour de ces championnats à été importante dans le secteur et le public, pas du tout averti du lieu des épreuves est malgré tout venu en très grand nombre, particulièrement au niveau des cibles et des points de décollage. Cela n’était pas sans créer quelques problèmes de circulation mais le bon esprit général à réglé cela positivement.

Le temps de rentrer, déposer l’observateur, de refaire le plein de gaz, de ranger le matériel, de diner, de retourner au logement, il est quasi minuit et remettre le réveil à 4h30 démoralise un peu.

Heureusement qu’entre l’épreuve du matin et du soir, une bonne sieste est possible.

A demain.

 

 

 

 

 

Cet article ecrit dans Les infos du Club and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire